Base de connaissance
< Tous
print

Méthodologie

L’université de Lille est à l’initiative du présent livre blanc. Porteuse depuis 2018 du groupe de travail Blockchain Education France pour la Direction du Numérique pour l’Éducation du Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports, elle est l’opérateur de la Direction Interministérielle du Numérique (Service du Premier Ministre, ci-après DINUM) pour la réponse à l’appel à projets européen CEF-TELECOMBLOCKCHAIN avec ses partenaires RENATER (Réseau National de télécommunications pour la Technologie l’Enseignement et la Recherche) et la société Blockchain Certified Data SAS.

À ce titre, elle testera en 2021 et 2022 les cas d’usage « diplôme », « notarisation » et « identité auto-souveraine » sur l’Infrastructure Européenne de Service Blockchain (European Blockchain Service Infrastructure, ci-après EBSI).

Avec ce document, elle porte à la connaissance des administrations des éclairages sur les technologies blockchain en général, les sept premiers cas d’usage en cours de production ou d’étude sur l’EBSI ou sur d’autres blockchains. Forte de l’expertise acquise au sein du Partenariat Européen de la Blockchain, elle souhaite promouvoir ces technologies pour leur potentiel considérable de transformation numérique des services publics, nationaux, européens et internationaux.

Elle s’appuie sur des expérimentations « métier » pour décrire les potentialités sans cacher les obstacles actuels à leur adoption dans différents usages qui intéressent directement des administrations françaises : la certification, les transactions, la troisième génération de l’identité numérique ou encore l’archivage. Ces dernières pourraient améliorer considérablement l’efficacité des services en ligne à l’usage, en adaptant bien entendu la technologie au type de prestation à exécuter.

Les informations fournies ici résultent d’une revue maîtrisée de la littérature sur le domaine de la blockchain et de la documentation à disposition sur le site dédié à l’EBSI à la date de production de cette ressource. Les auteurs se sont appuyés sur des entretiens avec les responsables métiers d’administrations françaises ou des délégataires de service public.

Précédent Introduction
Suivant 1.Secteur public : une vision française et européenne de la blockchain
Sommaire
Retour haut de page